MAD

IMG_2901 Il y a de ça une dizaine d’années, bien avant la circulaire Fillon, quand j’ai commencé à faire la guerre au Mademoiselle dans mes formulaires administratifs et autres correspondances, on me regardait comme si j’étais zinzin. Aujourd’hui ça n’a pas beaucoup changé.

Mais pour dire vrai, c’est bien là un des mots qui m’horripilent le plus au monde. Mes proches vous diront ! Je suis hyper relou avec ça. Survolons son étymologie, voulez vous..?

Oiselle”  = une petite femelle oiseau.  Puis par extension une petite “pucelle”/jeune femme “niaise”. Ok, alerte tautologie, le premier mot étant  le synonyme du second dans les temps reculés qui ont vu naitre cette expression.  Sympa le cadre hein ? C’est sensé faire plaisir à qui au juste?

Parce que cette double civilité est un des pires pourvoyeurs du sexisme de la langue française. Et j’ai vraiment mal au coeur quand je vois des femmes revendiquer ce mot comme si c’était un terme qui les valorisait. Je pense à cette période d’anxiété terrible (et tellement injuste) que j’ai observée chez certaines de mes connaissances. Des femmes qui commencent à flipper quand on les appelle Madame et s’accrochent à un terme hautement discriminant. Un peu comme s’il représentait un signal à l’attention des hommes. Un signal qui ferait état de la fraicheur intacte d’une femme ou de sa viabilité sur le plan sexuel. C’est une situation inique que ces messieurs se sont bien gardés de s’imposer. Dans un système aliénant et sexiste ou le jeunisme fait rage, revendiquer un “Mademoiselle” c’est parfois pour certaines femmes une façon désespérée de dire :

« Je suis toujours sur le marché » / « Je suis toujours dans le coup/fuckable ».

Sauf qu’on aura beau faire, si l’on a dépassé un certain âge, tous les mademoiselle du monde n’y changeront rien pour les guignoles qui collent des dates de péremption à d’autres êtres humains. Eh oui, cette société nous apprend parfois en tant que femmes à nous considérer comme des produits qu’il faut vendre à tout prix. By any means necessary. Je sais bien qu’on ne peut libérer personne contre son gré (j’ai déjà bien du mal à me libérer moi-même), mais ça me tue toujours de voir des individus défendre avec véhémence des termes qui les oppriment de façon insidieuse.

NON, le terme “Mademoiselle” n’a rien de flatteur, c’est un terme discriminatoire qui se veut définir les femmes en fonction de leur âge présumé, leur situation matrimoniale ou encore leur statut social. Bah oui, hormis un interlocuteur voulant piquer au vif, qui appellerait Rachida Dati ou une autre femme “de son rang” « mademoiselle » ?

Je me souviens d’un débat entre un MC à court d’arguments et une femme d’une cinquantaine d’année, docteure en médecine et féministe. Poussé dans ses retranchements, le type  s’est mit  à terminer sournoisement toutes ces phrases par un Mademoiselle bien appuyé. Comme si ces “Mademoiselle” sortant de sa bouche étaient des cailloux qu’il lui crachait au visage.

“Bah ouais attends, cette sal*pe de féministe même pas mariée qui me tient tête !?”

On imagine alors aisément pourquoi dans nos sociétés ou règne un patriarcat libéral hyper fourbe, les hommes se sont vite débarrassés de ce qualificatif foireux.

« Moi un Damoiseau ? Attends tu déconnes ? Merci mais ça ira, je laisse ça aux femmes. Elles sont tellement connes, on leur fera croire que c’est un cadeau.” 

La palme du conditionnement aveuglant se prétendant argument revenant à:

Non mais soyons sérieux, vous vous imaginez vous, appeler une toute jeune fille Madame? »  TADAM !”

Alors, que je sache, on appelle pas beaucoup les petits garçons “Mondamoiseau“. Ou alors j’ai raté un épisode ? Mince on fait comment alors ? … Bah voilà pour les petites filles c’est pareil. Et puis pourquoi qu’on pourrait pas qualifier une petite fille de Madame d’abord? Le terme Madame n’étant que le titre officiel attribué aux individus de sexe féminin, indépendamment de leur âge. MADAME qui est l’équivalent de MONSIEUR. Rien d’autre.

Les femmes, à l’égal des hommes, n’ont pas besoin qu’on hiérarchise leur statut suivant des critères subjectifs. Ni qu’il soit fait étalage de leur vie privée et de leur situation familiale dans des situations incongrues. Le “Madame ou Mademoiselle?” lancé à la cantonade par un.e inconnu.e dans une salle d’attente (vécu) ou ailleurs, quel intérêt? Ce terme de Mademoiselle s’inscrit dans un système de pensée archaïque qui infantilise et réifie les femmes. C’est un adjuvant d’un tas de petites moeurs qui véhiculent l’idée qu’une femme n’est pas “accomplie” tant qu’elle n’est pas mariée.

On en parle de ces histoires de Catherinettes ? De ces hommes qui vont encore au XXIème siècle demander « la main » d’une femme au père de celle-ci? Comme si une femme était un bien privé qui se troque d’une paire de couil*es à une autre. Et les femmes moquées parce qu’elles ont « osé » demander leur conjoint en mariage?  Bah oui c’est bien connu, l’accès aux noces, le rêve de toute une vie pour les femmes ! L’imaginaire collectif présuppose toujours que c’est un fardeau auquel les hommes se soumettent contre leur gré (la fameuse corde au cou). Si bien qu’il faut, suivant les règles en vigueur que se soit l’homme qui propose. Autrement ? C’est un piège. Succubes va !

Ah mais non, c’est de la triche si c’est la femme qui demande ! La sangsue désespérée ! Elle l’a forcé le pauvre ! » (Entendu)

Je passe sur les  toujours très enjoués « Ouah super tu vas pouvoir t’appeler Madame ! »  qui vont presque systématiquement de pair avec le traditionnel lancé de riz/pétales/colombes martyrisées … Comment dire?  Pas besoin d’une baguouze pour être reconnue en tant qu’être complet. Je ne veux pas qu’on me désigne par un terme qui suggère plus ou moins implicitement que je suis une “ébauche de personne”. Qu’est ce qu’on a bien pu nous coller dans le crâne?!

Dans la langue française les hommes ont le droit d’exister indépendamment des institutions patriarcales comme le mariage ou de leur filiation. C’est loin d’être vrai pour les femmes… On appèlera « une fille » une jeune personne de sexe féminin, car tant qu’elle n’est pas « validée » par la sacro-sainte institution, elle demeurera la propriété de sa famille. Un jeune individu de sexe masculin ne se verra pas défini par sa filiation. On ne parlera pas pour le désigner d’un « fils » mais d’un « garçon » . Même merdier pour l’expression « Je vous déclare mari et FEMME” . Formule qui en somme nous indique:

L’accession au rang suprême de Femme respectable et digne de ce nom passe par le biais du mariage.

L’individu de sexe masculin déjà « complet » par essence, ne devient pas un « homme » (il l’est déjà), mais un mari.

PAIE TA SCHN*K.

Toutes ces fadaises ne sont que de l’usage ! Un usage désuet qui trouve ses racines dans un modèle social phallocrate. Les archaïsmes ça se déconstruit, ensuite on s’habitue. Faut pas avoir peur. Ma mère arrivée ici dans les années 70, on la traitait de temps à autre de “sale bamboula”. Parfois on lui pelotait l’afro ( apparemment, ça, ça n’a pas trop changé en 2015…). Et puis on lui a aussi dit de retourner “sous ses cocotiers” et même que ça n’a pas choqué grand monde dans l’ascenseur… Quand elle s’en plaignait on lui objectait des  « Rooooo c’est pas bien grave. »

Et puis finalement, plus de 40 piges après, c’est parce que des gens ne se sont pas tus  et ont mené des combats que certains  jugeaient sans importance, parce qu’ils ont déconstruit des usages obsolètes, que des problématiques jugées plus sérieuses et institutionnelles ont pu évoluer dans la bonne direction (un peu). Si dans la plus grande des décontractions,  avec nos mots, on traite au quotidien les femmes comme de grands enfants, indirectement on imprime dans les subconscients que finalement, payer une femme moins cher qu’un homme pour le même boulot c’est pas si grave.

Un exemple parmi tant d’autres, lorsque j’étais enceinte, j’ai découvert avec effroi sur les forums #dontjudge, l’emploi d’un diminutif régressif désignant les médecins gynécologues…  Diminutif des plus auto-infantilisant pour la gente féminine : “GYGY” ! Si si, pour de vrai. Et après l’on s’étonne que certains membres du corps médical traitent les femmes avec condescendance.  Depuis j’essaie d’oublier.

Pour de grands progrès il faut parfois porter une attention soutenue à une multitude d’éléments qu’on jugeait subalternes. C’est comme ça qu’on réforme un système qui nous emmerde. On construit pas une maison en commençant par le toit. Ce sont bien souvent nos expressions, les petits clichés dont on s’accommode au quotidien, qui font le terreau des inégalités systématisées. Que cela concerne le sexisme, l’homophobie, le racisme… Les mots sont importants.

————

PS: Si ce n’est pas déjà fait, un petit tour sur cet article http://www.slate.fr/story/99699/vrai-cliches-egalite-hommes-femmes

PS2: Maintenant vous savez qu’il ne faut surtout pas m’appeler Mademoiselle. Mais je mords pas, suis gentil.

PS3: Ah oui, j’oubliais d’ajouter que de temps à autre, se traine ci et là un sophisme, arguant que dans ce cas “l’on pourrait aussi bien appeler toutes les femmes Mademoiselle plutôt que Madame, si c’est la double civilité qui pose problème”.

Oui, chouette ! Entérinons pour toutes une condition formelle d’éternelle enfant, officialisons avec nos bouches et nos crayons un statut d’adulte de seconde zone ! Au côté d’hommes qui eux viennent au monde en étant déjà des “Monsieur“, soyons des demoiselles en D mineur pour toujours. Et laissons tranquillement cette symbolique sédimenter dans les esprits.

Ma Routine Soin Visage (12/2014)

_MG_5189 Salut la compagnie, je suis dans la place aujourd’hui pour vous parler de ma routine soin pour le visage. J’aborderais le nettoyage à proprement parler dans un prochain billet. Ca faisait une éternité alors ne perdons pas de temps. Je vous fais un petit topo en images avec la liste des produits utilisés :

LES CRÈMES

_MG_5190

“Emulsion Légère Haute Tolérance”, Eau Thermale Jonzac BIO

Ma crème de jour. Idéale pour les peaux normales à mixtes, sensibles et réactives. Eau Thermale Jonzac  c’est une marque de cosmétiques biologique que j’adore. À tel point qu’elle pullule dans ma salle de bain sous toutes ses formes, avec pour dénominateur commun à tous ces produits une eau thermale réputée pour ses propriétés apaisantes et bienfaitrices pour la peau. De par sa pureté (elle est puisée à près de 2Km de profondeur) et sa composition minérale idéale, l’eau thermale de Jonzac a des propriétés cosmétiques extraordinaires. En effet elle est exempte de toute pollution, apaisante, régénérante et anti-inflammatoire. Pour toutes ces vertus, elle a été accréditée par l’académie de médecine. Je l’utilise également en spray lorsque que ma peau a besoin d’être apaisée ou pour fixer mon maquillage. De leur eau micellaire en passant par leurs baumes divers, j’aime tout ce que j’ai essayé jusqu’à présent. Connaissant mon amouuur pour cette enseigne, ma maman en vacances à Jonzac m’avait ramené une dizaine de trucs quand j’avais la tronche  et les mains en miettes à cause du soleil. Tous sont devenus des indispensables.

“Soin Réparateur Effet Pansement”, Eau Thermale Jonzac, BIO

Une alternative 100% naturelle et biologique au fameux « Cicalfate » d’Avène à base d’acide hyaluronique qui inhibe la prolifération bactérienne et maintient la l’hydratation de la peau. C’est un soin réparateur,  utilisable en crème de jour ou de nuit (c’est pas marqué sur le tube, mais faut me faire un peu confiance). Il apaise et  régénère les épidermes lésés et accélère la disparition des cicatrices. On ne trouve pas mieux pour faire la nique aux petits boutons, tiraillements, brulures superficielles  et autres irritations. Point non négligeable, cette crème s’est avérée être une base de maquillage redoutable.

“Soin contour des yeux raffermissant”, Lavera, BIO

C’est un soin très agréable, à la caféine (décongestionnante et tonifiante), au thé blanc et à l’huile de Karanja que j’applique le matin par petit tapotements. L’odeur est agréable, il pénètre très rapidement et laisse la peau douce et rebondie, avec un léger effet tenseur. Pour le moment c’est tout ce que je lui demande.

L’EAU FLORALE

_MG_5207

Hydrolat pur de Rose de Mai, Aroma-Zone, BIO

J’adore les hydrolats aromatiques, celui-ci en peloton de tête ! Un seul pshitt et c’est une envolée de pétale de rose dans la figure. Son odeur enivrante est pur un ra-vis-sement. Félicité du corps et de l’esprit ! Il rafraîchit et apaise immédiatement en cas d’allergie ou de brulures et revitalise les peaux qui font la tronche tout en resserrant les pores. Je l’utilise systématiquement après chaque lavage, démaquillage, masque ou avant l’application d’un soin quelconque. Seul inconvénient, il est préférable de la garder au frais. Et ça me court un peu sur le haricot de devoir faire des aller retours de la salle de bain au réfrigérateur. (Testé et approuvé dans les desserts  frais et fruités <3)

LES ACTIFS  ETAT PUR

_MG_5194

J’ai intégré ces petites fioles dans ma routine visage il y a de cela quelques semaines et j’ai maintenant assez de recul pour vous dire que j’en suis ra-vie! Il s’agit de principes actifs purs encapsulés dans des excipients inoffensifs permettant une diffusion optimale au niveau cutané.  Ils sont pour la plupart disponibles en différentes concentration. Quelques gouttes suffisent à chaque fois. J’ai réellement eu un énorme coup de cœur pour la marque, son éthique et son concept qui fait la part belle aux actifs d’origine végétale. ETAT PUR c’est aussi le refus des ingrédients nocifs, un engagement éco-responsable et des soins “bio-mimétiques” agissant en parfaite harmonie avec la peau. Par ailleurs la marque ne pratique pas l’expérimentation animale que ce soit sur ses produits finis ou sa matière première. Mais ETAT PUR c’est avant tout l’hyper personnalisation des protocoles de soin. L’on peut procéder à un diagnostic sur le site afin d’avoir une ordonnance de produits personnalisée répondant à toutes nos problématiques.  Le questionnaire prend en compte notre type de peau, sa couleur, notre âge afin de cibler au plus près nos besoins.

Actif Acide Salicylique 300mg , A22

Cet actif est une arme de premier choix dans la lutte contre les comédons et autres reliefs cutanés indésirables. Il réduit l’aspect des pores dilatés et harmonise le grain de peau. C’est un acide qui enraye la prolifération microbienne et ses vertus kératolityques font de lui un super exfoliant cutané, tout en douceur. 1 ou 2 gouttes suffisent pour traiter la zone médiane du visage. J’applique le gel sur les zones enflammées (sauf lorsqu’il s’agit de boutons d’origine allergique) et au bout d’un ou deux jours l’inflammation a presque disparu !

Actif Ginseng 200mg, A64

Très riche en vitamines et en oligo-éléments, le ginseng est un véritable booster en cure interne mais c’est aussi un stimulant génial pour les peaux fatiguées ! Cette petite chose, utilisée en cure de 3 semaines a su réveiller mon teint terne de meuf au bout du rouleau. Je ne dors pas beaucoup et c’est un véritable coup de fouet. Teint clarifié, fini la grise mine ! Alors bien sûr ça ne remplacera pas une bonne nuit de 8h mais c’est un bonus qui fonctionne ! A appliquer tout les matins, à raison de quelques gouttes en évitant le contour des yeux.

Actif Vitamine E, A03

Y’a marqué “premières rides” dessus, mais je vous le conseille quelque soit votre âge, 20 ou 60, ce qu’il y a marqué on s’en fout. Ce n’est rien que de la vitamine E d’origine végétale. C’est un anti-radicalaire et régénérant cutané incontestable. Son action antioxydante ralentit le processus de vieillissement cutané, rend la peau plus résistante et contrecarre les méfaits du soleil (mon pire ennemi, il me déteste et ne loupe pas une occasion pour me faire du mal). Il protège de la pollution, apaise les peaux irritées et empêche l’oxydation des cellules. (A ce titre c’est un conservateur fréquemment utilisé pour éviter le rancissement des huiles ou certains cosmétiques naturels).

LES HUILES ESSENTIELLES

_MG_5200 J’en utilise beaucoup, que je dédie à de nombreux usages mais ces 3 là sont celles sans lesquelles ma peau ne peut pas (sur)vivre. Je les utilise suivant les problématiques du moment donc ça change assez souvent. Mais il y a un truc qui ne change jamais.  J’ai une peau plutôt difficile, réactive, et victime d’un tsunami hormonal. Tout cela couplé à un terrain atopique abominable avec inflammations tous azimuts. Si y a un kyste qui traine, des chéloïdes, une réaction allergique, des trucs qui clignotent à chopper c’est pour ma pomme. Les huiles essentielles m’aident beaucoup à ce niveau tant elles représentent des atouts précieux face à l’oxydation, à l’inflammation et autres désordres immunitaires.

NB : Il est recommandé de pratiquer un test dans le plis du coude, 48h avant l’application d’une huile essentielle afin d’éliminer la survenue d’éventuelles allergies. Pas d’utilisation chez les jeunes enfants et les femmes enceintes sans le conseil d’un pharmacien ou praticien de santé formé à l’aromathérapie. N’hésitez pas à avoir recours à un aromathérapeute qualifié !

 Huile essentielle de Tea Tree, BIO

La bonne à tout faire tant d’un point de vue cosmétique que ménager. Elle lutte contre toutes sortes d’infections et protège la peau des radiations ! Pour ce qui nous concerne aujourd’hui, elle est géniale pour lutter contre les gros boutons bien dégueu grâce à son pouvoir anti-bacterien et anti-inflammatoire reconnu.

Huile essentielle de Lavande Vraie, BIO

Un indispensable de la pharmacopée naturelle. Elle est cicatrisante, apaisante, antifongique  et la liste est encore longue. En diffusion elle est relaxante et apaisante pour l’esprit. Je l’utilise pour faciliter mon endormissement à raison d’une petite goutte sur l’oreiller.

Huile essentielle de Carotte (culture écologique sans engrais ni pesticides de synthèse)

Une huile aux mille vertus. Excellente pour atténuer les tâches brunes, récupérer une peau foutue par le soleil, prévenir le vieillissement cutané blabla. Je l’utilise également aux changements de saison comme dépuratif par voix interne mais c’est un tout autre sujet. Certaines personnes se trouvent  indisposées par son odeur un peu forte. Mais moi je dois être bizarre parce que j’aime bien. A appliquer le soir car elle ne fait pas bon ménage avec les rayonnements ultra-violets.

HUILES VEGETALES ET SERUM

_MG_5203Huile d’Avocat, Aroma-Zone, BIO

Sa composition en acide gras lui confère des propriétés assouplissantes et émollientes. Grace aux caroténoides et aux phytostérols, elle protège des agressions extérieures et retarde le vieillissement cutané. Je l’utilise en contour des yeux le soir mais aussi pour protéger ma peau lorsqu’il fait très froid, j’en ajoute alors quelques gouttes à ma crème de jour. Et pour ne rien gâcher elle fait le cheveux doux et de super vinaigrettes !

Huile de Noisetier, Aroma-Zone, BIO

L’huile de noisette est une huile sèche qui pénètre très rapidement et laisse la peau souple et douce. Elle est  idéale pour réguler les peaux mixtes à grasse et endiguer les petits boutons des peaux jeunes et acnéiques. Je l’utilise en soin de nuit additionnée de quelques gouttes d’huile essentielle. Et alors dans les brownies et les cookies maison, j’vous en parle pas, tellement c’est bon… Coma palatal !

Sérum Anti-tâches Inoya

Inoya est une jeune marque qui prône un “engagement unique de naturalité” pour l’élaboration de ses formules ainsi qu’une démarche éco-solidaire quant à ses procédés de fabrication. Très souvent lorsqu’il m’arrive des misères au visage, je gratte et ça laisse des tâches pas possibles. Entre alors en scène ce sérum à appliquer le soir uniquement (photosensibilisant) qui a réussi à atténuer considérablement des lésions de grattages et autres marques de boutons. J’applique une petite quantité sur les zones concernées et voilà ! Ma peau a morflé cet été, irritations répétées, brûlures, allergies… Heureusement qu’il était là !

Amazonía

_MG_5171_MG_5145amazonia_MG_5150_MG_5160Manteau Asos, robe American Apparel, boots Jonak, collier Made for Africa

Hard Knock Life

_MG_5057_MG_5034 _MG_5037 _MG_5040 _MG_5048 _MG_5056Perfecto Schott,body Asos, short American Apparel, boots Fire

Previous Posts

Articles Prcdents